www.ivanbassodailyblog.com

Ivan Basso Daily Blog

Tinkoff, un Tour à réinventer sans Alberto

acontadoroficial_2015-07-27_01-08-32.jpg

 

Le Tour de France est reparti ce matin pour sa dixième étape sans Alberto Contador. El Pistolero a jeté les armes dimanche dans les Pyrénées, après avoir tenté jusqu’au bout de défier la douleur. Un abandon qui a profondément touché Ivan, qui on le sait est très lié à Alberto. Dimanche soir sur son compte Instagram il avait écrit de réconfortantes paroles à l’égard son ancien coéquipier : "Alberto, c’est l’ami qui te parle, le collègue, le compagnon de chambre, le dirigeant. Ce qui est arrivé est une injustice à l’égard de tout ce que tu as fait pour préparer ce Tour. Mais il n’y a pas eu une fois où tu ne t’es pas relevé après une chute, où tu n’as pas lutté après une défaite. Le nouveau départ, il est déjà là. Il est déjà demain".

Pour Alberto Coriele de La Provincia di Varese, Ivan revient sur ce difficile moment, lui qui a vécu avec Alberto toute sa préparation pour la Grande Boucle : "C’est une de ces situations où tu as le plus de pensées qui s’entremêlent, l’une sur l’autre. Je parle avant tout en tant qu’ami, collègue, compagnon de chambre mais aussi en tant que dirigeant de l’équipe, je suis fortement touché par cette chose. Car comme je l’ai écrit, c’est une injustice à l’égard de tout le travail qu’il a fait ces derniers mois. Malheureusement c’est ainsi, très souvent tu donnes et tu ne reçois pas. Alberto se sentait très bien, il était très fort et il pouvait viser le maillot jaune. Mais je pense que s’il continue à travailler ainsi, il retrouvera la santé et pourra se concentrer sur ses prochains objectifs. Aujourd’hui il a une visite importante, au terme de laquelle il tiendra une conférence de presse directement depuis l’hôpital. Il expliquera la situation générale du problème, puis il rentrera à la maison, il récupérera et pensera au reste de la saison. Mais c’est encore tôt pour parler de nouveaux objectifs".

Désormais la Tinkoff va devoir oublier ses rêves de maillot jaune, qu’elle a tout de même eu la chance de porter avec Peter Sagan en début de Tour. Mais la formation russe, bien qu’amputée de son leader, n’en reste pas moins ambitieuse et là ce n’est plus Ivan l’ami qui parle mais le dirigeant : "Nous sommes tous touchés par la perte d’un leader durant la course, il y a également un discours affectif personnel, parce que l’équipe est une famille élargie et c’est pour tout le monde un moment de déstabilisation. Mais un dirigeant doit être capable de tout remettre en place et je sais que la première chose que voudrait voir Alberto c’est un bon et combatif comportement de la part de ses équipiers. Nous avions l’opportunité d’essayer de prendre le maillot jaune avec Alberto, maintenant nous devrons viser d’autres choses. Par exemple le maillot vert avec Peter Sagan, le maillot à pois avec Rafal Majka, et aussi mettre Kreuziger en condition de faire un bon classement général. Ce n’est pas facile pour Roman de changer de rôle en course, on ne peut pas mettre toute la pression sur lui d’un coup. Il a une grande condition et il l’a déjà démontré. Puis, dès l’étape d’aujourd’hui, nous chercherons les victoires d’étapes avec des coureurs comme Sagan, qui est un champion et il s’adapte sur tous les terrains. Nous allons courir sur trois fronts qui sont complémentaires. Ce sera à moi de remonter le moral des troupes, mais c’est une équipe qui sait réagir et on l’a vu déjà l’an passé, quand pour d’autres raisons ce fût moi qui avait dû abandonner le Tour. Les garçons avaient répondu par des victoires d’étapes et des grands résultats". 

Alberto n’est plus là mais la course continue donc avec pour l’heure les autres leaders qui se tiennent au général. Ivan voit en la Sky de Christopher Froome une redoutable équipe : "Les favoris sont toujours les mêmes car il n’y a pas de gros écarts entre eux. Jeudi sur le Mont Ventoux ce sera une journée très importante, puis il y aura le chrono et on s’en ira vers les Alpes. Jusqu’à présent la Team Sky a démontré une coalition, une supériorité à l’égard de tous.  Mais il manque encore les deux tiers du tour, tout peut arriver : aux garçons j’ai donné l’exemple du dernier Tour d’Italie, pour expliquer que rien n’est jamais fini avant la dernière étape, et tout peut arriver. L’envie de bien faire ne doit jamais faire défaut. Dans une course comme le Tour tu sais déjà avant de partir ce qui t’attend. Je me trouve dans une course très difficile, avec dans l’équipe le coureur le plus fort de par les grands tours gagnés et avec le champion du monde. C’est une expérience importante pour moi, j’ai le devoir de travailler sur les ressources humaines de l’équipe, un rôle de coordination pour permettre à tout le monde d’avoir la bonne motivation et pour maintenir l’équilibre, qui peut facilement être perdu dans ces situations-là". La Tinkoff où l'histoire d'un Tour de France à réinventer...sans Alberto.

 

 

 

 

 

FORZA IVAN !!!!!



12/07/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres