www.ivanbassodailyblog.com

Ivan Basso Daily Blog

Ivan : "Je suis fier de mon parcours"

Famiglia.jpg

Ivan n’est pas prêt d’oublier son trente-septième anniversaire, une journée merveilleuse qui a vu la naissance de son quatrième enfant, Tai. Papa Ivan va profiter quelques jours de son petit garçon, mais dès lundi il prendra la direction de Gran Canaria en Espagne, pour participer à son premier stage de préparation avec la Tinkoff. Car Ivan est encore plus que jamais coureur. Et notre Champion, qui ne joue plus directement la gagne, espère aider à briller son capitaine Alberto Contador, qui visera l’an prochain le Giro et le Tour. Un challenge qui stimule beaucoup Ivan et qui lui donne l’enthousiasme d’un débutant. À 37 ans il est prêt à ouvrir un nouveau chapitre de sa carrière. Mais en tout cas sa saison s’est elle ouverte par la plus belle des victoires avec Tai, qui est venu rejoindre Domitilla, Santiago et Levante. Une merveilleuse équipe, celle dont Ivan est la plus fière.  

Pier Bergonzi de la Gazzetta s’est entretenu avec Ivan.

 

- Papa Ivan vous semblez serein, motivé et pleinement conscient de votre nouveau rôle.

Vous ne pouvez pas savoir combien je me sens libéré et rechargé par la nouvelle perspective. Durant la dernière saison j'ai tout raté ou presque car écrasé par la responsabilité. Je voulais-devais gagner et les résultats ne venaient pas. Maintenant je n'aurai plus l'obligation du résultat, mais je devrai courir en soutien à qui peut gagner. Mais ce n'est pas que j'ai abandonné mes ambitions...Je reste ambitieux et déterminé comme je l'ai toujours été, les perspectives et les attentes ont changé.

 

- Pourquoi la Tinkoff et Contador ?

Une très belle expérience avec l'équipe de Roberto Amadio, pour lequel j’ai une très grande considération, s'est terminée pour moi, et il m'a été ouvert la porte d'une équipe très forte, peut-être la plus forte au monde, avec un capitaine que j'estime depuis toujours. Nous avons également couru ensemble, pendant quelques mois, à la Discovery Channel. Alberto est un coureur d'un extraordinaire talent. Il a les jambes, le coeur et surtout la tête. Je n'ai jamais connu un coureur aussi férocement déterminé. C'est quelqu'un qui a encore faim de victoire, de très exigeant avec soi-même et ses équipiers. Courir pour lui est pour moi une très grande motivation. Oleg Tinkov et Bjarne Riis m'ont demandé d'apporter de "l'ampleur" à l'équipe. Et par ampleur ils entendent méthode, sérieux, exemple...Une proposition qui m'a beaucoup flatté.

 

- Contador vise le Giro et le Tour. C'est encore possible de gagner les deux grands tours durant la même saison ?

Alberto peut le faire. S'il y a un Champion qui peut faire le doublé, c'est justement lui.

 

- Qu'est-ce qu'il a d'extraordinaire l'espagnol ?

Aux excellents dons athlétiques, Alberto unit une préparation méticuleuse et une obsessionnelle envie de gagner. Durant notre aventure sur le Kilimandjaro nous avons souvent été ensemble et il m'aura posé mille questions sur les parcours et ses caractéristiques des montagnes insérées dans le prochain Tour d'Italie. Lui il vit chaque seconde en fonction des compétitions qui l'attendent. Qui nous attendent.

 

- Nibali a été un de vos lieutenants : vous vous attendiez à ce qu'il puisse un jour gagner le Tour ?

Bien-sûr, je le savais et Vincenzo le mérite. Il était déjà très fort quand il courrait avec moi et il a continué à s'améliorer. Et puis il a une tranquillité désarmante. Autour lui tout peut arriver, et lui reste de marbre. Je m'attends à ce qu'il s'améliore encore : désormais son défi pourrait et devrait être le doublé Giro-Tour la même année. Lui ou Contador, pensez quel double défi...

 

- Qu’est-ce que vous pensez de la situation du dopage ? Le Cyclisme a vraiment changé ?

Bien-sûr. Mais nous ne pouvons plus faire de faux pas. Les gens nous aiment encore, je m’en rends compte sur les routes et nous avons le devoir de continuer ainsi. Qui triche encore fait du mal à moi, à vous, à tous. Chaque coureur doit y mettre du sien. Le cyclisme propre doit être la mission de tout le monde. Jusqu’alors je me taisais car je pensais que j’étais la dernière voix crédible sur cet argument. Maintenant je ne me tais plus. Je ne peux bien-sûr pas me considérer sans tâche. Mais en tant que personne qui a fauté, en tant qu’humilié par les erreurs commises, je veux parler aux jeunes afin qu’ils puissent éviter d’autres erreurs. Je ne peux pas oublier le passé, mais je suis reparti et ma rédemption me donne de la force. À présent je suis fier de mon parcours. 

 

- Un jeune sur lequel miser ?

Davide Formolo. Si j’avais mon équipe, ce serait le premier à qui je proposerais un contrat. Il a un talent insolent et c’est un tenace. Il aura une évolution de courses à étapes et un jour il gagnera le Tour d’Italie. Si ensuite je peux indiquer un second nom, je dis Davide Villella, un grand espoir pour les courses d’un jour.

 

- Et Moreno Moser ?

C’est un champion et c’est un homme très intelligent. Il a eu une certaine régression car il ne croit pas assez en lui-même et il a du mal à surmonter les difficultés. Parfois il se bloque mentalement parce qu’il a mal aux jambes. Si seulement il savait que les autres ont encore plus mal aux jambes que lui…Moreno doit apprendre à serrer les dents et il regagnera beaucoup.

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/760959/artfichier_760959_3691994_201404272317571.png

 

- Papà Ivan appare sereno, motivato e pienamente consapevole del suo nuovo ruolo. 

Non potete sapere quanto mi senta liberato e ricaricato dalla nuova prospettiva. Nell’ultima stagione ho sbagliato tutto o quasi tutto perché schiacciato dalla responsabilità. Volevo-dovevo vincere e i risultati non venivano. Ora non avrò più l’obbligo del risultato, ma dovrò correre in appoggio a chi può vincere. Non che io abbia abdicato dalle mie ambizioni... Resto ambizioso e determinato come lo sono sempre stato, ma sono cambiate le prospettive e le aspettative. 

 

- Perché la Tinkoff e Contador ? 

Si è chiusa per me un’esperienza bellissima con il gruppo di Roberto Amadio, per il quale ho grande considerazione, e mi si è aperta la porta di una squadra fortissima, forse la più forte al mondo, con un capitano che stimo da sempre. Abbiamo anche corso insieme, per qualche mese, alla Discovery Channel. Alberto è un atleta di straordinario talento. Ha gambe, cuore e soprattutto testa. Non ho mai conosciuto un corridore così ferocemente determinato. È uno che ha ancora fame di vittoria, uno molto esigente con se stesso e con i compagni. Correre in appoggio a lui è per me una grandissima motivazione. Oleg Tinkov e Bjarne Riis mi hanno chiesto di portare "spessore" al gruppo. E per spessore intendono metodo, serietà, esempio… Una proposta che mi ha molto lusingato. 

 

- Contador punta al Giro e al Tour. E’ ancora possibile vincere i due Grandi Giri nella stessa stagione ? 

Alberto può farlo. Se c’è un campione che può fare la doppietta, è proprio lui. 

 

- Che cosa ha di straordinario lo spagnolo ? 

Alle doti atletiche eccelse, Alberto unisce una preparazione meticolosa e un’ossessiva voglia di vincere. Durante la nostra avventura sul Kilimangiaro siamo stati spesso insieme e mi avrà fatto mille domande sui percorsi e sulle caratteristiche delle montagne inserite nel prossimo Giro d’Italia. Lui vive ogni secondo in funzione degli appuntamenti agonistici che lo aspettano. Anzi, che ci aspettano. 

 

- Nibali è stato un suo luogotenente : si aspettava che un giorno potesse vincere il Tour ? 

Certo, lo sapevo e Vincenzo se lo merita. Era già fortissimo quando correva con me e ha continuato a migliorare. E poi ha una tranquillità disarmante. Intorno a lui può succedere di tutto e lui resta serafico. Mi aspetto che cresca ancora: ora la sua sfida potrebbe e dovrebbe essere la doppietta Giro e Tour nello stesso anno. Lui o Contador, pensate che doppia sfida…

 

- Che cosa pensa della situazione doping ? Il ciclismo è davvero cambiato ? 

Sicuro. Ma non possiamo più fare passi falsi. La gente ci ama ancora, me ne accorgo sulle strade e abbiamo il dovere di continuare così. Chi ancora trucca le carte in tavola fa male a me, a voi, a tutti. Ogni corridore deve fare la sua parte. Il ciclismo pulito deve essere la mission di tutti. Fino a qualche tempo fa stavo zitto perché pensavo di essere l’ultima voce credibile su questo argomento. Ora non lo faccio più, non sto più zitto. Non posso certo considerarmi immacolato. Ma da persona che ha sbagliato, da umiliato per gli errori commessi, voglio parlare ai giovani perché possano evitare altri errori. Non posso cancellare il passato, ma sono ripartito e la mia redenzione mi dà forza. Ora sono orgoglioso del mio percorso. 

 

- Un giovane su cui scommettere ? 

Davide Formolo. Se avessi una mia squadra, sarebbe il primo al quale proporrei un contatto. Ha un talento sfacciato ed è uno tenace. Avrà un’evoluzione da corse a tappe e un giorno vincerà il Giro d’Italia. Se poi posso indicare un secondo nome, dico Davide Villella, grande speranza per le corse di un giorno. 

 

- E Moreno Moser ?  

Fuoriclasse e un uomo molto intelligente. Ha avuto una certa involuzione perché non crede abbastanza in se stesso e fatica a superare le difficoltà. A volte si blocca mentalmente perché sente mal di gambe. Se solo sapesse che gli altri hanno ancora più mal di gambe di lui…. Moreno deve imparare a stringere i denti e tornerà a vincere tanto. 

 

 

 

 

FORZA IVAN !!!!!



27/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres